Grâce aux fonds générés par notre grande braderie et au soutien du Gouvernement Princier, nos équipes contribuent à renforcer les capacités en premiers secours de la Croix-Rouge du Niger.

Photo : © Benoit Matsha – Carpentier / IFRC

Après deux expériences menées au Mali et au Burkina Faso, notre section humanitaire internationale apporte son soutien à sa consœur nigérienne. Trois ans d’accompagnement sont généralement nécessaires afin d’améliorer durablement la couverture nationale en premiers secours : nous recherchons activement des fonds pour compléter le financement de ce projet.

Braderie 2013 : un succès à l’espace Léo Ferré

Monaco, samedi 4 mai 2013. Sous un soleil radieux, une joyeuse foule se presse aux portes de l’espace Léo Ferré, dit anciennement « Salle du Canton », à Fontvieille. C’est la première fois que nous y organisons notre traditionnelle braderie au bénéfice d’un projet de solidarité internationale. C’est aussi la première fois que les acheteurs, les familles ou les curieux petits et grands peuvent s’initier à une série d’ateliers et découvrir la Croix-Rouge monégasque : premiers secours, droit humanitaire, histoire de notre Mouvement, solidarité, sensibilisations en santé… Cette journée riche en activités a réuni 1.500 visiteurs !

Le bilan de la braderie s’était avéré très positif, puisque 41.200 € de chiffre d’affaires ont été générés par la vente d’articles à prix défiant toute concurrence. Et comme annoncé, les recettes ont permis de démarrer un projet de renforcement des capacités en premiers secours en faveur de la Croix-Rouge nigérienne.

Europe/Afrique : pas tous égaux en cas d’accident

Vous connaissez peut-être la formation « PSC1 », qui permet d’apporter des secours de manière appropriée lorsqu’on est confronté à un accident. Nos formateurs la délivrent gratuitement à toute personne intéressée. Ainsi, chaque année, ce sont plus de 600 personnes qui sortent diplômées du 24 boulevard de Suisse… Pour en savoir plus, rendez-vous à l’onglet « formations ».

Mais les premiers secours ne s’enseignent pas de la même manière à Monaco ou en Afrique. Tandis que le risque d’accidents cardiaques est plus élevé en Europe, en témoigne la présence dans toute la Principauté de défibrillateurs semi-automatiques ; en Afrique, la population est confrontée à beaucoup plus d’accidents de la route, de blessés liés à des conflits armés ou encore de situations particulièrement violentes.

Des projets ambitieux d’amélioration des premiers secours

C’est en 2003 que commence notre collaboration avec une Croix-Rouge ouest-africaine dans le domaine des premiers secours, via un ingénieux projet de soutien en premiers secours au Mali. Après le Burkina Faso de 2010 à 2012, nous développons aujourd’hui ce projet au Niger. L’objectif : contribuer à ce que les victimes de situations de violence ou d’accidents, à Niamey (la capitale) et dans des zones prioritaires, bénéficient à temps de premiers secours adaptés et ce, de façon pérenne.

Concrètement, outre l’apport d’un matériel de qualité adapté aux spécificités locales, un manuel de premiers secours est édité, des campagnes de communication sont lancées, des formations de formateurs sont organisées auprès de volontaires et des formations payantes sont proposées aux entreprises et aux groupes qui le souhaitent dans l’ensemble du pays. Les revenus générés par ces services permettent une rapide autonomie financière de la Croix-Rouge locale, qui a besoin de mobiliser rapidement des ressources en cas de catastrophe.

Cherche partenaire solidaire pour soutien financier

Au fil des ans, de petits pas en belles victoires, notre action a évolué. Ainsi, fin 2013, une formation de moniteurs coordonnée par Sayouba Savadogo, chargé du projet au Niger, a accueilli des instructeurs de la Croix-Rouge burkinabé, qui avaient eux-mêmes reçu, dans leur pays, des instructeurs maliens…
Avec ces projets, nous visons une amélioration globale des premiers secours dans la région ouest-africaine, tout en consolidant les capacités des sociétés de Croix-Rouge concernées et en favorisant la coopération régionale. Mais l’idée, bien que durable, a un coût. Nous avons pu compter sur la participation financière du Gouvernement Princier, qui a permis l’équipement et la formation de 7 brigades d’urgence en fin d’année 2013, soit environ 35 équipes et 175 équipiers de la Croix-Rouge nigérienne. Mais pour atteindre nos objectifs au Niger, nous devons poursuivre notre accompagnement durant trois ans. Or, à l’heure actuelle, environ 200.000 euros sont toujours recherchés pour ce projet… Avis aux donateurs privés ou aux entreprises qui recherchent des partenariats solidaires.

Si vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez contacter la section humanitaire internationale :

Tél : +377 97 97 68 22
Votre panier est vide