Le Centre Hospitalier Princesse Grace (CHPG) et le Centre de Gérontologie Clinique Rainier III (CR3) accueillent en leur sein deux services de la Croix-Rouge monégasque visant à apporter aux patients une touche de réconfort et d’humanité.

Première partie de cette série, la section Croix-Rouge au CHPG.

Les dames en rose : accueil et partage

Giuliana Perenno, secrétaire à mi-temps, nous accueille dans le petit bureau vitré situé dans le hall de la maternité et dédié à la Croix-Rouge monégasque. Elle y reçoit quotidiennement les bénévoles de la section Croix-Rouge au Centre hospitalier Princesse Grace (CHPG), sous la responsabilité du Dr Brunner, chef du service de radiologie et membre du Conseil d’Administration de la Croix-Rouge monégasque, afin de les diriger vers leur activité du jour, armées des plus récentes éditions des magazines populaires et de quelques sucreries dans leur chariot à roulettes.

Ces dames en « blouse rose » qui arpentent les couloirs de l’hôpital, rencontrent bien des sourires, mais aussi des personnes en grande détresse, pour qui l’isolement et la douleur sont insurmontables. Malgré tout, elles entonnent, rayonnantes, un « Bonjour, c’est la Croix-Rouge ! ». Avant d’échanger quelques mots avec le patient et les autres personnes présentes dans la chambre, elles proposent toujours des magazines et quelques sucreries si elles y sont autorisées.

Un précieux soutien au CHPG

« Les visites, c’est important », commente Giuliana, « c’est la mission première des membres bénévoles. Moi, je suis secrétaire, je coordonne les rotations et je gère les stocks. Je reste là car il doit y avoir quelqu’un aux horaires de permanence du bureau indiqués sur la porte. Mais en tant que bénévole, on se réalise davantage lorsqu’on fait ces tournées ».

Elle ouvre une porte au rez-de-chaussée qui donne sur une bibliothèque où trônent des centaines d’ouvrages, des grands classiques au plus récents. Car, fait peu connu, le CHPG est doté d’une bibliothèque pour ses patients, et elle est administrée par la Croix-Rouge. « L’hôpital a fait installer le téléphone et un ordinateur dans la bibliothèque ; comme cela, je peux me déplacer entre le bureau et cette pièce et continuer à assurer les permanences. J’ai beaucoup de chance : le personnel du CHPG est adorable et disponible pour la Croix-Rouge. Je bénéficie d’une assistance informatique, et tout récemment, ils ont installé la climatisation au bureau. Cela nous a beaucoup soulagés ! ».

On frappe beaucoup à la porte du bureau de la Croix-Rouge. Sa position stratégique et son extérieur entièrement vitré invitent au contact. Giuliana a l’habitude, et reçoit chaque personne avec le sourire, tout en essayant de trouver des solutions rapidement. « Cela ne me dérange pas de recevoir ses personnes et de les aider à se repérer dans l’hôpital. Ici tout le monde se perd ! Je suis heureuse de pouvoir en dépanner quelques-uns ».

Des vêtements pour retrouver un peu de dignité

Giuliana est aussi le point de rencontre entre les donateurs et les bénéficiaires de vêtements. « Ici, c’est comme un second point de dépôt pour les vêtements. Soit je les transmets à d’autres associations ou au vestiaire, au siège de la Croix-Rouge monégasque, pour qu’ils soient redistribués à ceux qui en ont besoin, soit certains vêtements confortables viennent compléter mon stock ici ».

En effet, si les patients sont transférés en urgence, c’est à la Croix-Rouge que le personnel hospitalier ou les patients eux-mêmes peuvent demander gratuitement des vêtements de rechange. « Parfois même, certains patients n’ont pas les moyens de se vêtir décemment. Nous leur redonnons un peu de dignité, grâce à ce service que nous leur proposons », ajoute Giuliana.

Bénévole au CHPG : courage et détermination

La parole est donnée aux bénévoles, qui expliquent d’où elles tirent leur courage et leur volonté. Pour beaucoup d’entre elles, leur engagement bénévole est lié à une expérience avec l’hôpital. « On rend visite aux personnes et on sent qu’on leur apporte un peu de joie, un peu d’air frais » commente Béatrice. « L’ambiance me plaît ! On socialise, on rencontre d’autres bénévoles très motivées » ajoute Christiane, qui offrait ses services de coiffeuse aux patients de l’hôpital, avant de se consacrer à une activité bénévole.

« Le plus dur, ce sont les services où les patients ont des pathologies graves. Au début, parfois c’est difficile pour les patients de s’ouvrir et parler avec nous. Mais dès qu’ils voient qu’on les respecte, ils se mettent à raconter leur histoire, leur maladie, leurs interventions… Ils sont très anxieux, parler leur fait du bien. Certains ne savent pas s’ils sortiront de l’hôpital un jour ».

Armées de leur clé pour emprunter les ascenseurs du personnel, les bénévoles poursuivent leur tournée. Au détour du comptoir d’accueil d’un service, on peut entendre : « Bonjour ! Vous n’auriez pas des bonbons sans sucre ? J’aime bien quand vous venez ! ». Preuve en est que les « dames en rose » sont attendues et très appréciées des patients, des accompagnants et du personnel.

« Parfois, suite à une hospitalisation, nous recevons quelques dons. Ou même de petites lettres de remerciements. Cela nous touche énormément » confie Giuliana. Une chose est sûre, ces dames n’ont pas fini d’arpenter les couloirs du CHPG !

 

Votre panier est vide