La Croix-Rouge monégasque poursuit sa lutte contre l’exploitation des enfants et la migration précoce des jeunes filles qui travaillent comme domestiques en Afrique de l’Ouest et plus particulièrement au Burkina faso.

Face aux problèmes d’exploitation des « jeunes filles aides familiales »* au Burkina Faso, la Croix-Rouge Monégasque s’est engagée depuis 2 ans dans un programme d’éducation et de protection multi axes afin de faire prévaloir le respect de la dignité humaine.

Quitter les zones rurales et migrer dans de grands centres urbains où éducation et travail seront plus accessibles. Tels sont les espoirs d’un grand nombre de jeunes filles burkinabè âgées entre 12 et 17 ans. Malheureusement, cet eldorado est souvent délusoire. Exploitation, charge de travail abusive, violences diverses, rémunération faible ou inexistante, harcèlement sont autant de facteurs qui viennent fréquemment ternir la vie de ces jeunes filles qui se retrouvent dans l’impasse. Certaines d’entre elles sont contraintes à la prostitution sans aucun espoir de retour dans leur famille. La situation a pris une ampleur considérable au point d’en devenir un problème d’ordre national.
La Croix Rouge Monégasque a entrepris depuis mars 2011 d’apporter un soutien aux jeunes filles familiales par l’éducation, la formation ainsi que la prévention.

C’est tout d’abord dans la province du Poni, située au Sud-Ouest du Burkina-Faso, que la Croix-Rouge monégasque a décidé d’intervenir par la mise en place dans les villages de programmes d’alphabétisation ainsi que des formations à la création d’Activités Génératrices de Revenus (AGR) et en gestion de projet. En outre, près de 280 jeunes filles ont été assistées dans leur scolarité (bourses d’études, frais d’inscription, achat de fournitures, transport, tenues, logement). Nos volontaires ont parcouru le Poni et fait du porte-à-porte afin de sensibiliser les familles (plus de 5000 ménages) et de sélectionner les jeunes filles qui bénéficieraient de cette aide financière.

Une campagne de prévention a vu le jour, aussi bien dans le Poni que dans les grandes agglomérations (Ouagadougou, Bobo-Dioulasso) pour que les jeunes filles et leur famille restées à la campagne prennent conscience du leurre que peut constituer l’exode rural et des dangers qui y sont liés. Ainsi, des stands d’information sur les marchés et des séances de débats ont vu le jour et ont permis de mettre en garde la population quant aux abus dont souffrent les jeunes filles aides familiales. Notre équipe a de surcroît permis la diffusion régulière d’émissions radiophoniques qui préviennent la migration précoce des jeunes filles. D’autres moyens de communication sont à l’étude pour avoir un impact encore plus significatif.

Au quotidien, 300 jeunes filles bénéficient des services de protection psychosociale, juridique et sanitaire mis en place par nos volontaires. La Croix-Rouge Monégasque a œuvré afin de veiller à l’application de trois textes législatifs (droit du travail, droit des enfants et textes à propos des gens de maison) qui étaient jusqu’à présent ignorés. Finalement, des articles de presse ont été régulièrement publiés dans des journaux régionaux et nationaux

Suite aux chiffres encourageants qui ont témoigné de l’efficacité de son entreprise, la Croix-Rouge monégasque a pris la décision de poursuivre son action auprès des jeunes filles aides familiales burkinabè en lançant le projet « Assistance aux jeunes filles aides familiales II ». En effet, un généreux donateur de Monaco soutient le renouvellement du projet. Ce dernier sera mis en application à partir de janvier 2014 pour une durée de 3 ans.

Ecouter l’émission de Radio Ethic sur les jeunes filles aides familiales.

Votre panier est vide