La Croix-Rouge monégasque s’est mobilisée dès lundi suite aux intempéries du 3 octobre dernier.

Ils s’appellent Corinne, Estelle ou Frédéric. Leur point commun : ils sont membres bénévoles de la Croix-Rouge monégasque. Secouristes, logisticiens, techniciens ou infirmiers, ils ont tous répondu présents à l’appel d’urgence pour soutenir la Croix-Rouge française déjà à l’œuvre. Certains ont même pris les devants en appelant très tôt le siège de Croix-Rouge monégasque, suite aux violentes intempéries qui ont touché le département samedi 3 octobre au soir.

En moyenne, cinquante bénévoles de la Croix-Rouge française sont mobilisés sur le terrain chaque jour, et une dizaine de bénévoles de la Croix-Rouge monégasque, appuyés par trois véhicules, des karchers, des groupes électrogènes, des produits et du matériel de nettoyage, abattent un travail titanesque. « Les vagues de boue ont été d’une extrême violence, confirme Marika Roman, la présidente de l’unité locale de la Croix-Rouge d’Antibes-Golfe Juan-Vallauris, durant la nuit du 3 au 4, après le déluge, les gens se sont retrouvés dans la rue, complètement hagards. Nous avons eu le sentiment d’avoir subi des bombardements », témoigne-t-elle.

© Croix-Rouge française

Selon la Croix-Rouge française, il faudra encore beaucoup de mobilisation avant de retrouver un semblant de normalité dans le paysage. La Croix-Rouge monégasque, avec sa formidable énergie, reste à disposition de la Croix-Rouge française pour les prochaines actions, et remercie chaleureusement ses membres bénévoles qui n’ont pas hésité à porter secours à leurs voisins dans le besoin.

Votre panier est vide