La croix rouge monégasque prête main forte aux populations de Pagaï Sud


Il y a un an et demi, un tsunami ravageur dévastait les côtes de l’archipel de Mentawai, au large de l’île de Sumatra en Indonésie, laissant de nombreuses personnes dans une situation extrêmement précaire. D’emblée, la Croix-Rouge indonésienne lançait une vaste opération de secours proposant soins médicaux, soutien psycho-social et construction d’abris pour 516 familles victimes de la catastrophe. Suite à une évaluation des besoins sur place, la Croix-Rouge monégasque décidait d’apporter son soutien aux populations de Mentawai en appuyant la Croix-Rouge indonésienne dans la mise en œuvre d’un projet, « Eau, Hygiène et Assainissement » sur l’île de Pagaï Sud, la zone la plus touchée. Etat des lieux des avancées sur le terrain.

Vivant à l’origine sur les côtes, les populations de Pagaï Sud ont été relocalisées à l’intérieur des terres, en plein cœur de la jungle. Une fois les terrains défrichés et les maisons reconstruites, restaient les problèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement. Sans eau potable, impossible pour les populations de vivre dans des conditions convenables.
Début 2012, un an après l’évaluation initiale, Sylvain Riccio, ingénieur en eau, hygiène et assainissement et volontaire à la Croix-Rouge Monégasque, foulait à nouveau le sol indonésien afin de prêter main forte à la Croix-Rouge indonésienne pour le démarrage du projet « Eau, Hygiène et Assainissement ».
Destiné à fournir aux populations sinistrées un accès durable à l’eau potable et ainsi réduire les risques de maladies liées à l’eau, le projet a débuté le 1er mars dernier. Il comprend notamment la construction de six réseaux complets d’approvisionnement en eau, la mise en place de comités de gestion aptes à gérer les infrastructures, la création de plus de 50 latrines et douches ainsi que la promotion de l’hygiène à l’échelle communautaire. Afin d’assurer la pérennité du projet, les autorités locales et les communautés ont été pleinement impliquées dans le projet. Comme l’explique Sylvain, « [ce projet est] mis en place en coordination avec tous ces acteurs afin d’assurer une réponse globale et durable aux problèmes des communautés vulnérables ».

BD’ici la fin du mois de septembre, 217 foyers, autrement dit 1100 personnes bénéficieront du projet.

Votre panier est vide