Une aide alimentaire d’urgence est distribuée au Burkina Faso. Elle s’accompagne d’une réponse plus durable.

Depuis le début de l’année, la Croix-Rouge monégasque a consacré 300.000 euros pour répondre à la crise alimentaire qui frappe le Sahel. Détails sur les différentes aides apportées.

23 millions. Ce chiffre affolant correspond au nombre de personnes qui subissent encore aujourd’hui les conséquences de récoltes catastrophiques dans la région du Sahel (Burkina Faso, Mauritanie, Sénégal, Gambie, Niger, Tchad, Mali, sont les pays touchés, des pays qui font partie des plus pauvres du globe). Invasion de parasites, sécheresse et inondations ont provoqué depuis février dernier une très forte hausse du prix des denrées alimentaires et des pénuries alimentaires qui touchent 51% des populations locales.

Le conflit qui fait rage au Nord-Mali aggrave la situation : les réfugiés arrivent auprès de communautés qui luttent déjà pour leur survie… Dans ce contexte difficile, la Croix-Rouge de Monaco, qui agit déjà auprès des réfugiés, a mis en œuvre, en partenariat avec plusieurs Sociétés Nationales de Croix-Rouge d’Afrique de l’Ouest, différents types d’action pour un budget total plus de 300.000 euros. Détails sur une mobilisation massive :

  • Sensibilisations, formations, distribution de graines et d’outils, jardins communaux, équipement et assistance vétérinaire, suivi nutritionnel des enfants, banques de céréales, forages, sont des exemples de programmes rapidement mis en place par le CICR ou les Sociétés nationales concernées avec le soutien de leur Fédération, grâce à la participation financière de nombreuses autres Sociétés de Croix-Rouge et de Croissant-Rouge que l’on dit « participantes », dont Monaco qui figure parmi les plus généreuses, avec un total de 150.000€ débloqués depuis février dernier.
  • Un don unique privé de 155.000 euros a permis de mettre en place un programme d’aide alimentaire d’urgence dans 62 villages des communes d’Arbinda et de Koutougou, dans la province du Soum, au Burkina Faso. Ainsi, depuis le 10 août, céréales, sucre, huile et sel sont distribués en urgence aux ménages les plus vulnérables, pour une durée de trois mois. La Croix-Rouge monégasque et sa consœur burkinabè ont également élaboré des boites à images pour animer 80 sensibilisations à la sécurité alimentaire. Les thèmes abordés : la gestion des stocks, les habitudes alimentaires, l’importance d’une alimentation équilibrée, les besoins spécifiques des femmes enceintes et allaitantes, l’hygiène, la gestion de l’eau, les problématiques liées à l’assainissement…

Passée la période de soudure*, ces populations seront enfin soulagées. Si l’on espère que les récoltes seront suffisantes cette année, on constate que les conditions climatiques sont de moins en moins propices à une stabilité des productions et des prix d’une année sur l’autre. Or, avec l’exode rural, il y a de moins en moins de cultures vivrières. Plus que jamais, la survie des familles dépend des prix du marché »,
”, commente Marielle Riccio, déléguée de la Croix-Rouge monégasque rentrant tout juste d’une mission d’évaluation dans la région.
Sa délégation locale basée à Ouagadougou, au Burkina Faso, et son partenariat de confiance avec la Croix-Rouge burkinabè garantissent à la Croix-Rouge de Monaco le succès de cette opération. Cependant, si le financement du projet d’urgence est assuré, elle est à la recherche de fonds pour que ces populations n’aient plus à affronter les conséquences de ce type de crises à l’avenir.

150.000€ par an sont ainsi nécessaires, sur une période d’au moins trois ans.

Vous pouvez faire votre don en ligne sur ce site ou vous adresser à la Section humanitaire internationale : inter@croix-rouge.mc pour plus d’informations.

*La soudure est la période précédant les premières récoltes et où le grain de la récolte précédente peut venir à manquer. C’est la période de l’année la plus critique lors d’une crise alimentaire. 

Votre panier est vide