Don de matériel : faire rimer solidarité avec responsabilité

La Croix-Rouge monégasque est reconnue pour la formidable implication de ses bénévoles qui trient chaque jour les objets et vêtements donnés par la population afin de les redistribuer à ceux qui en ont besoin, ou lever des fonds pour des projets solidaires. Peut-on vraiment tout donner ? Témoignages et explications.

Chaque jour, depuis plus d’un demi-siècle, les bénévoles du service social de la Croix-Rouge de Monaco donnent une seconde vie à des vêtements et autres articles. Le même ballet se répète à toute heure de la journée : des voitures s’arrêtent, des personnes déposent des sacs ou des cartons, les bénévoles les récupèrent. Tous les jours de la semaine, sur rendez-vous, les familles et les personnes isolées peuvent s’habiller convenablement. Le jeudi, les personnes particulièrement vulnérables se présentent sur l’avenue de la Costa.

Le « vestiaire », comme on l’appelle, fonctionne exclusivement grâce à une équipe motivée de membres bénévoles, dont la charge et les conditions de travail n’ont rien à envier à celles d’un salarié. Avec, parfois, leur lot de mauvaises surprises :  » Nous ne prenons que les vêtements lavés, non troués ou tachés, et certains objets utiles en bon état, nettoyés, emballés et fonctionnels. Cela peut paraître logique, mais malheureusement, nous recevons parfois des vêtements sales, en boule, parfois troués ou abîmés, des objets cassés, incomplets, inutiles. Notre rôle est de tout sélectionner et trier par type, taille et par sexe afin de mieux répondre aux besoins des personnes vulnérables, qui méritent de conserver leur dignité humaine  » témoignent-ils en chœur.

Les entreprises n’hésitent pas non plus à contacter la Croix-Rouge pour de la papèterie, du mobilier de bureau ou du matériel informatique. Cependant,  » nous nous retrouvons parfois avec un stock de matériel simplement « déposé », sans contact ni accord préalable. Cela occasionne de grosses difficultés logistiques pour réacheminer ce matériel en décharge, ou vers d’autres partenaires. Une liste précise du matériel envoyée par e-mail nous permet d’organiser la redistribution, dans la région ou même ailleurs , » explique David, appariteur.

C’est la section humanitaire internationale qui relaie les besoins des sociétés nationales africaines dont elle est partenaire. Les ordinateurs, par exemple, doivent être reformatés et avoir 5 ans maximum pour qu’on puisse les proposer à ceux qui en ont besoin. Claude, responsable des programmes, commente :  » On a tendance à croire qu’en Afrique, on a besoin de tout, peu importe l’état. C’est faux ! L’acheminement coûte souvent beaucoup plus cher que l’achat sur place, qui permet en outre de faire marcher l’économie locale. Les ordinateurs sont plus rapidement obsolètes là-bas que chez nous, à cause des conditions climatiques et des coupures électriques. De plus, ces pays accumulent les déchets électroniques que nous leur avons envoyé en croyant bien faire…  » . Faire rimer solidarité avec responsabilité : là est tout l’enjeu.

Tout au long de l’année, les articles sont également collectés et triés pour la grande Braderie annuelle. Si le rôle social de la Croix-Rouge est bien connu, le grand public raffole également de cet événement où il peut trouver de nombreux objets, vêtements, accessoires, bijoux et meubles à des prix défiant toute concurrence. Les fonds récoltés permettent de financer des projets solidaires dans des pays en développement. En 2012, c’est un dispensaire au Togo qui sera réhabilité grâce à la mobilisation des donateurs et des bénévoles.

Vous refaites votre garde-robe ? Vous déménagez ou vous désencombrez votre domicile, votre entreprise?  » N’hésitez pas à nous poser vos questions : nous sommes habilités à vous conseiller et à vous orienter  » conclut Annick, du secrétariat.

Votre panier est vide
Redimensionner les textes
Contraste augmenté